Utiliser le CBD pour mieux dormir?

Le CBD peut-il aider à dormir?

CBD pour mieux dormir

Le sommeil est une fonction physiologique indispensable à notre organisme, on ne peut tout simplement pas survivre sans dormir. D’ailleurs, nous passons près d’un tiers de notre vie dans les bras de Morphée !

Plusieurs facteurs peuvent perturber notre sommeil. On peut citer le stress, l’anxiété, la pollution, les mauvaises habitudes alimentaires, la consommation de substances toxiques et l’exposition aux écrans lumineux. Selon Santé Publique France, un Français sur cinq souffre d’insomnie chronique (sans parler des personnes souffrant d’insomnies passagères ou d’autres troubles du sommeil…)[1].

Or, d’après les professionnels de santé, un adulte doit dormir en moyenne 7 à 9 heures par nuit pour se réveiller en forme le lendemain, pouvoir exécuter efficacement ses activités quotidiennes et rester en bonne santé. Alors que faire lorsqu’on souffre d’insomnie ou autre trouble du sommeil ?

Le premier réflexe est évidemment d’en parler à son médecin traitant pour identifier les éventuelles causes et bénéficier de précieux conseils visant à améliorer le sommeil. Si nécessaire, un somnifère peut être prescrit.

Aujourd’hui, il existe une alternative intéressante aux somnifères et autres médicaments prescrits habituellement en cas de trouble du sommeil. Il s’agit du CBD ou Cannabidiol, une substance non psychoactive extraite de la plante Cannabis sativa.

Huile de CBD "Chanvre"

Comment le CBD peut-il avoir une influence sur le sommeil ?

Les consommateurs réguliers de cannabis ont toujours attribué à cette plante des effets facilitateurs de sommeil. Elle a donc longtemps été soupçonnée par la communauté scientifique d’être un agent hypnotique.

Aujourd’hui, il a clairement été démontré qu’un usage aigu du cannabis pouvait réduire le délai d’endormissement et diminuer la fréquence des réveils nocturnes — des effets qui sont donc bénéfiques sur le sommeil !

À l’inverse, de nombreux usagers de cannabis se plaignent d’insomnie et de divers autres troubles du sommeil lorsqu’ils arrêtent ou tentent d’arrêter d’en consommer (sevrage ou tentative de sevrage).

Ainsi, de par ces observations, on est en droit de s’interroger sur l’existence d’un lien entre le sommeil et l’une ou plusieurs des substances contenues dans le cannabis : principalement les cannabinoïdes.

Les cannabinoïdes sont des substances qu’on peut classer en 3 principales catégories :

  • Phytocannabinoïdes : cannabinoïdes présents dans la composition de la plante de cannabis. Les cinq phytocannabinoïdes majeurs sont le THC (Tétrahydrocannabinol), le CBD (Cannabidiol), le CBN (Cannabinol), le CBG (Cannabigérol) et le CBC (Cannabichromène).
  • Néocannabinoïdes : cannabinoïdes de synthèse qui n’existent pas à l’état naturel, notamment le « nabilone ».
  • Endocannabinoïdes : cannabinoïdes endogènes, c’est-à-dire qu’ils sont naturellement produits par notre organisme. On en distingue principalement deux : l’anandamide et le 2-AG (2-arachidonyl glycérol). Il existe un certain nombre d’enzymes qui produisent ou dégradent les endocannabinoïdes (cannabinoïdes endogènes).

Dans notre organisme, ces cannabinoïdes interagissent avec certains récepteurs appelés« récepteurs endocannabinoïdes ». On en distingue deux types :

  • Les récepteursCB1 : ils se localisent surtout au niveau du système nerveux central (cortex cérébral, thalamus, hypothalamus, système limbique…).
  • Les récepteursCB2 : ils se localisent surtout au niveau du système immunitaire, du foie et des poumons.

L’ensemble des récepteurs, des cannabinoïdes et des enzymes qui synthétisent ou dégradent ces derniers forment ce qu’on appelle le « système endocannabinoïde ».

Le système endocannabinoïde a pour rôle principal de participer à l’homéostasie de l’organisme, c’est-à-dire maintenir son équilibre[2]. Il est donc impliqué dans la régulation de nombreux processus physiologiques, notamment la perception douloureuse, l’humeur, la mémoire, l’appétit, l’immunité et la fertilité.

Ce système serait également impliqué dans la régulation du sommeil, plus précisément la régulation du cycle circadien veille-sommeil, l’induction et le maintien du sommeil [3].

Les récepteurs CB1 présents au niveau du cerveau (pont et prosencéphale) sont par exemple soupçonnés d’avoir la capacité d’activer des neurones impliqués dans l’induction du sommeil [4]. Autrement dit, certains cannabinoïdes (qu’ils soient endogènes ou exogènes) peuvent faciliter l’endormissement en interagissant avec ces récepteurs.

Aussi, il a été démontré que le système endocannabinoïde avait une activité soumise à des fluctuations chronobiologiques [5]. C’est-à-dire que les taux d’endocannabinoïdes circulants dans le corps est diffèrent selon la phase du cycle veille-sommeil dans laquelle on se trouve.

En plus de réguler le cycle veille-sommeil grâce à une interaction directe avec les récepteurs cérébraux du système endocannabinoïde, le CBD est capable de nous aider à mieux dormir grâce à son effet anxiolytique.

En effet, en réduisant le stress et l’anxiété, il favorise un état de relaxation propice à l’endormissement et à un sommeil de bonne qualité.

Huile de CBD bio pas cher, insomnie, anxiété

CBD : ses effets bénéfiques sur divers troubles spécifiques du sommeil

D’après de nombreuses recherches, le CBD semble avoir un effet positif dans différents troubles du sommeil :

  • Insomnie et sommeil de mauvaise qualité:

L’insomnie peut être définie comme un sommeil insuffisant d’un point de vue quantitatif et/ou qualitatif associé à des difficultés à s’endormir, une incapacité à rester endormi toute la nuit et/ou une tendance à se réveiller tôt le matin en manque de sommeil en étant incapable de se rendormir.

Les auteurs d’une étude brésilienne publiée en 2013 ont eu pour objectif d’évaluer les effets d’une administration aiguë de CBD sur le sommeil de 28 rats [6]. Quatre groupes ont donc été formés :

  • Groupe 1 : injection intrapéritonéale unique de 2,5 mg/kg de CBD (dose légère).
  • Groupe 2 :injection intrapéritonéale unique de 10 mg/kg de CBD (dose moyenne).
  • Groupe 3 :injection intrapéritonéale unique de 40 mg/kg de CBD (dose élevée).
  • Groupe 4 : injection intrapéritonéale unique d’un placebo (substance sans aucun effet au niveau de l’organisme).

Le sommeil de tous les rats a été évalué jour et nuit sur une période de 4 jours : 2 jours avant l’administration du CBD, le jour de l’administration (injection intrapéritonéale de CBD ou de placebo) et 1 jour après l’administration.

Lors de cette étude, il a été observé que les rats traités par des doses moyennes et élevées de CBD (10 et 40 mg/kg) avaient augmenté leur quantité totale de sommeil (ils dorment plus longtemps).

Les auteurs ont conclu en disant qu’une administration aiguë de CBD semblait augmenter le temps de sommeil.

Une autre étude publiée en 2012 a mis en évidence une amélioration du sommeil chez des rats souffrant d’insomnie (induite volontairement par des tests de stress) grâce à un protocole thérapeutique à base de CBD [7]. D’après les auteurs, cette amélioration serait due à l’effet anxiolytique de ce cannabinoïde.

  • Syndrome d’apnées-hypopnées du sommeil:

Le syndrome d’apnées-hypopnées du sommeil est une affection fréquente chez les sujets obèses de plus de 65 ans qui se caractérise par la survenue répétée d’interruptions (apnées) ou de ralentissements respiratoires (hypopnées) durant le sommeil.

Ces « pauses respiratoires » de 10 secondes ou plus survenant plusieurs fois durant la nuit entrainent des microréveils altérant grandement la qualité du sommeil, ce qui se manifeste par des symptômes tels qu’une somnolence diurne et une baisse de vigilance pouvant être à l’origine d’accidents graves (accidents de la circulation, accidents de travail…).

Quelques petites études ont eu des résultats encourageants suite à l’utilisation du CBD dans le traitement du syndrome d’apnées du sommeil, notamment en réduisant la fréquence des apnées. Mais des études de plus grande envergure sont nécessaires pour évaluer avec plus de précision ses effets lors de cette pathologie.

Par ailleurs, il faut savoir que le traitement de référence du syndrome d’apnées-hypopnées du sommeil est représenté par la ventilation nocturne en pression positive continue (PPC), une méthode qui consiste à porter, pendant le sommeil, un appareil qui délivre continuellement de l’air dans les narines avec une légère surpression.

Pour de nombreuses personnes, dormir toute la nuit avec un tel appareil est très désagréable, voire impossible. La prise de CBD peut représenter une aide dans ce cas, car elle permet de se détendre et de favoriser un lâcher-prise propice à l’endormissement malgré la gêne occasionnée par le port du masque.

  • Trouble comportemental en sommeil paradoxal:

Lors du sommeil paradoxal, nos muscles sont normalement relâchés pour éviter de bouger durant la nuit, c’est ce qu’on appelle « l’atonie musculaire ». Le trouble comportemental en sommeil paradoxal est caractérisé par l’absence de cette atonie musculaire.

Les personnes atteintes de cette pathologie peuvent donc, par exemple, parler, crier, sauter hors du lit, mordre, donner des coups ou exécuter des gestes brusques pendant qu’elles dorment (c’est généralement l’expression physique de leurs rêves). Cette pathologie est fréquemment source de blessures chez la personne qui en est atteinte ou chez son partenaire.

Son traitement actuel repose sur des médicaments tels que le clonazépam (un antiépileptique) et la mélatonine (hormone du sommeil), la mise en place d’un environnement sécurisé pour le sommeil (éloigner les objets rigides, barrière de lit, matelas au sol…) et éventuellement la prescription de séances d’hypnose.

Lors d’une étude de cas publiée en 2014, quatre patients issus d’un essai clinique en aveugle portant sur les effets du CBD sur les symptômes de la maladie de Parkinson se sont avérés avoir des antécédents de trouble comportemental en sommeil paradoxal (après la levée de l’aveugle) [2].

En analysant leurs données cliniques, il a été observé une nette réduction de leurs symptômes suite à la prise de doses comprises entre 75 et 300 mg/jour de CBD durant les 6 semaines de l’essai clinique. Les patients ont également rapporté une reprise de leurs symptômes après l’arrêt du protocole thérapeutique à base de CBD.

Ces données sont bien sûr insuffisantes pour affirmer l’efficacité du CBD dans le traitement du trouble comportemental en sommeil paradoxal, mais les chercheurs se montrent optimistes vis-à-vis des résultats des futures études !

  • Sommeil perturbé par des douleurs

De nombreuses études menées chez des patients souffrant de douleurs chroniques traités par du CBD ont mis en évidence une amélioration du sommeil chez ces derniers.

Cette amélioration du sommeil est plus due à l’effet antalgique du CBD qu’à un éventuel effet hypnotique, mais elle est bien là ! On dort plus facilement et mieux lorsqu’on ne souffre pas de douleurs...

  • Somnolence diurne

La consommation régulière de CBD semble réduire la somnolence et augmenter la vigilance durant la journée, particulièrement chez les sujets ayant un sommeil de mauvaise qualité.

Grâce à la réduction de la somnolence diurne, la qualité du sommeil s’améliore automatiquement puisque le rythme de sommeil se normalise (régulation du rythme veille-sommeil).

Contrairement à la caféine ou aux autres produits excitants, le CBD est capable de réduire la somnolence et d’augmenter la vigilance sans pour autant être un stimulant. Il peut donc être pris le soir sans peur d’entrainer d’insomnie.

Il faut aussi préciser que, même s’il favorise le sommeil la nuit, le CBD ne provoque pas de somnolence lorsqu’il est consommé durant la journée, car il s’agit d’un régulateur du cycle veille-sommeil et non d’une substance sédative ou hypnotique.

En revanche, les produits CBD spécialement conçus pour induire le sommeil peuvent provoquer des somnolences ou une baisse de vigilance lorsqu’ils sont pris durant la journée, car ils contiennent dans leur composition d’autres agents tels que le CBN (cannabinol) et les terpènes qui, eux, possèdent des propriétés sédatives. Ce type de produits doit donc être pris uniquement le soir avant de dormir.

  • Narcolepsie

La narcolepsie est une pathologie chronique relativement rare (mais sous-diagnostiquée) caractérisée un sommeil en quantité suffisante, mais de qualité médiocre. Elle se manifeste par quatre symptômes principaux :

  • Une somnolence diurne excessiveavec endormissements brusques et imprévisibles (même en pleine conversation ou autre activité) ;
  • Une cataplexie (perte brève du tonus musculaire) ;
  • Des hallucinations à l’endormissement ou au réveil ;
  • Une paralysie du sommeil à l’endormissement ou au réveil.

La prise en charge de la narcolepsie peut impliquer diverses stratégies comportementales (nuits régulières, siestes…), des séances de psychothérapie et des médicaments psychostimulants (notamment les amphétamines).

Il n’y a pas encore d’évaluation des effets du CBD sur la narcolepsie chez l’homme. Néanmoins, lors d’une étude mexicaine publiée en 2019, il a été observé une diminution de la somnolence excessive chez des rats narcoleptiques grâce à un protocole thérapeutique à base de CBD[8].

  • Syndrome de stress post-traumatique (PTSD)

Les personnes souffrant de stress post-traumatique rencontrent fréquemment des problèmes de sommeil, incluant notamment des cauchemars et des insomnies. Ces symptômes peuvent mener à un manque de sommeil qui, à son tour, augmente l’intensité de ce syndrome.

Le CBD pourrait se révéler utile dans la prévention des cauchemars secondaires au syndrome de stress post-traumatique en réduisant l’activité amygdalienne, une zone cérébrale impliquée dans le contrôle de diverses émotions (notamment la peur, la paranoïa, la panique…).

Huile de CBD "Pina Colada"

Quelle dose de CBD prendre pour mieux dormir ?

Les recherches sont toujours en cours pour déterminer avec précision les doses de CBD nécessaires pour mieux dormir ou traiter tel ou tel trouble du sommeil.

Par ailleurs, il est important de préciser que les doses de CBD qui permettent d’obtenir un effet thérapeutique satisfaisant sur le sommeil varient grandement d’une personne à une autre (selon la corpulence, les spécificités individuelles de l’organisme, la voie d’administration...). À vous donc de trouver la dose adaptée à votre cas, sachant que les différentes études montrent qu’une consommation quotidienne de300 mg de CBD pendant six mois est tout à fait sûre et bien tolérée par l’organisme humain. Il est même possible d’utiliser des doses plus élevées sur des périodes plus courtes.

D’une manière générale, les professionnels de santé qui prescrivent du CBD à leurs patients pour traiter l’épilepsie ou autre pathologie commencent par des petites doses, puis les augmentent progressivement jusqu’à obtenir la dose adéquate tout en surveillant la tolérance et la réponse au traitement (la dose idéale étant définie comme la plus petite dose qui offre un effet thérapeutique jugé satisfaisant par le patient).

Par exemple, vous pouvez commencer avec des microdoses comprises entre 0,5 et 20 mg par jour (les microdoses conviennent particulièrement aux troubles du sommeil et de l’humeur), puis, si l’effet souhaité n’est pas atteint, augmenter les doses de manière graduelle.

CBD et insomnie

Quand prendre le CBD pour mieux dormir ?

Pour bien dormir la nuit, il est préférable de prendre du CBD sous forme d’huile environ 1 heure avant le coucher

Il est recommandé de privilégier les produits CBD spécialement conçus pour le sommeil. Ces derniers sont en effet plus efficaces, car ils possèdent dans leur composition, en plus du CBD, des terpènes et du CBN (cannabinol) connus pour leur pouvoir sédatif (en plus de participer à l’effet d’entourage).

Attention, les produits CBD conçus pour le sommeil ne doivent pas être pris durant la journée, car ils peuvent entrainer une somnolence ou une baisse de vigilance capable d’être à l’origine d’accidents graves (accidents de la circulation, accidents de travail…).

CBD et sommeil : les 10 points clés à retenir

  1. Le CBD est un cannabinoïde non toxique et non psychoactif ayant de nombreux bienfaits pour la santé.
  2. Le CBD améliore le sommeil grâce à son interaction avec les récepteurs cérébraux du système endocannabinoïdes impliqués dans la régulation de cette fonction biologique.
  3. Le CBD possède des effets positifs sur de nombreux troubles du sommeil, notamment les insomnies, les difficultés d’endormissement, le syndrome d’apnées-hypopnées du sommeil, le trouble comportemental en sommeil paradoxal, la somnolencediurne et la narcolepsie.
  4. Le CBD facilite l’endormissement en favorisant la relaxation du corps et la décontraction musculaire, en réduisant le stress et l’anxiété.
  5. Le CBD aide les patients souffrant de douleurs chroniques à mieux dormir grâce à son action antalgique.
  6. Contrairement aux somnifères et autres médicaments prescrits habituellement pour traiter les troubles du sommeil, le CBD est dépourvu d’effets secondaires néfastes.
  7. Pour bien dormir, il est recommandé de prendre quotidiennement une dose de produit CBD spécialement conçu pour le sommeil environ 1 heure avant le coucher.
  8. Les produits CBD spécialement conçu pour aider à mieux dormir contiennent généralement dans leur composition du cannabino l(CBN), un autre cannabinoïde particulièrement bénéfique pour le sommeil, ainsi que des terpènes aux propriétés apaisantes, tranquillisantes et sédatives.
  9. Il est important d’informer son médecin traitant en cas de consommation de CBD afin d’éviter les interactions médicamenteuses.
  10. À côté du traitement à base de CBD, il est toujours recommandé d’avoir une hygiène de vie saine (alimentation équilibrée et activité physique régulière) et de mettre en place toutes les stratégies favorisant un sommeil optimal (literie confortable, chambre calme et sombre où règne une température autour de 18 °C…).

 

Références

[1]       SPF, « Les troubles du sommeil. Synthèse des études menées à l’Institut de veille sanitaire ». https://www.santepubliquefrance.fr/notices/les-troubles-du-sommeil.-synthese-des-etudes-menees-a-l-institut-de-veille-sanitaire (consulté le 14 novembre 2022).

[2]       A. Kilaru et K. D. Chapman, « The endocannabinoid system », Essays Biochem, vol. 64, no 3, p. 485‑499, sept. 2020, doi: 10.1042/EBC20190086.

[3]       K. A. Babson, J. Sottile, et D. Morabito, « Cannabis, Cannabinoids, and Sleep: a Review of the Literature », Curr Psychiatry Rep, vol. 19, no 4, p. 23, mars 2017, doi: 10.1007/s11920-017-0775-9.

[4]       M. Kaul, P. C. Zee, et A. S. Sahni, « Effects of Cannabinoids on Sleep and their Therapeutic Potential for Sleep Disorders », Neurotherapeutics, vol. 18, no 1, p. 217‑227, janv. 2021, doi: 10.1007/s13311-021-01013-w.

[5]       A. J. Kesner et D. M. Lovinger, « Cannabinoids, Endocannabinoids and Sleep », Frontiers in Molecular Neuroscience, vol. 13, 2020, Consulté le: 19 novembre 2022. [En ligne]. Disponible sur: https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fnmol.2020.00125

[6]       M. H. N. Chagas et al., « Effects of acute systemic administration of cannabidiol on sleep-wake cycle in rats », J Psychopharmacol, vol. 27, no 3, p. 312‑316, mars 2013, doi: 10.1177/0269881112474524.

[7]       Y.-T. Hsiao, P.-L. Yi, C.-L. Li, et F.-C. Chang, « Effect of cannabidiol on sleep disruption induced by the repeated combination tests consisting of open field and elevated plus-maze in rats », Neuropharmacology, vol. 62, no 1, p. 373‑384, janv. 2012, doi: 10.1016/j.neuropharm.2011.08.013.

[8]       « Cannabidiol Partially Blocks the Excessive Sleepiness in Hypocretindeficient Rats: Preliminary Data | Bentham Science ». http://www.eurekaselect.com/article/101720 (consulté le 15novembre 2022).

 


Le comptoir du cbd bio, CBD de qualité, CBD pas cher, CBD Bio

Laisser un commentaire

Veuillez noter que les commentaires doivent être approuvés avant d'être publiés